Carnet de route

Ouzbékistan, derniers kilomètres en Asie Centrale

Nous quittons un peu difficilement la maison de Véro à Douchanbé. Cela doit être un sentiment partagé par tous les cyclos de passage ici… Sans rentrer dans les détails passionnants de sa vie professionnelle qui nous mènerait du Rwanda au Bengladesh, Véro est depuis 3 ans l’ange Warmshower des cyclos qui partent vers la Pamir Highway. On rit encore de voir apparaitre son nom dans certaines vidéos de baroudeurs se retrouvant bloqués avec une jante cassée, là-haut, sur une piste, et disant à la caméra comme un ultime joker : « Bon, je vais essayer de trouver un portable pour appeler Véro ! » Il faut dire que cette dame au grand cœur est une machine. Elle, la Pamir, elle l’a faite avec Gab son fils de 9 ans, en tandem ! C’est une chouette rencontre à Douchanbé, une ville qui n’est au final pas désagréable du tout ! Apres une semaine, nous quittons ce formidable duo, cette maison « oasis » en direction de l’Ouzbékistan c’est-à-dire de Boukhara et de Samarcande, rien que ça !

DSCF0665-2

Madrasa de Boukhara

DSCF0499

Véro et son fils, Gab

DSCF0480

Une bande de Cyclos de passage à Duchanbé

Le passage de frontière est assez folklorique. L’Ouzbékistan est un pays où on ne rigole pas avec les mœurs de la population. Dans ce pays où son président s’accroche à son poste depuis 1990, comme chez les pays voisins d’ailleurs, le contrôle des douanes est pour le moins exhaustif ! Chaque sacoche est vidée et inspectée. Chaque médicament est vérifié un par un (la codéine est interdite ici). La vie privée du touriste en prend un coup quand vient le tour de l’ordinateur et de la tablette…Et c’est assez pathétique de voir que les militaires se disputent ce devoir-là ! Comme pour justifier leur indiscrétion, ils affirment rechercher des vidéos à caractère pornographique dans tous les dossiers et sous-dossiers…Dans notre cas, il semble qu’ils aient bien accroché avec les vidéos du voyage, nous ne sommes restés qu’une heure et demie en leur compagnie exclusive.

Question vélo, l’Ouzbékistan est un four ! Le thermostat dépasse tous les jours les 40 degrés ! Législation Ouzbèke oblige, on doit se faire enregistrer toutes les trois nuits dans un hôtel agréé et c’est tant mieux, cela nous sert d’excuse pour aller nous rafraichir dans une chambre climatisée…Cela ne nous aide pas pour autant à avancer…On pense à rouler de nuit mais c’est finalement surtout le soir, quand la chaleur est un peu plus supportable, qui a notre faveur.

DSCF0511-2

Ambiance désertique du Sud de L’Ouzbékistan

DSCF0519

7 jours de vélo éprouvants et plutôt monotones, dans un paysage d’une grande aridité, nous permettent de rejoindre Boukhara. Les Ouzbeks, comme les Tadjiks, peut-être même davantage, sont très hospitaliers. Nous nous répétons, certainement, mais nous restons toujours surpris après plus de 21 mois de voyage, de l’aide spontanée que les gens nous apportent. En 7 jours de vélo, il ne s est pas passé un jour sans que l’on nous offre quelque chose. Un midi, alors que nous nous arrêtons en bord de route pour réparer une crevaison, la famille habitant juste à côté vient nous porter une assiette de viande, pommes de terre, tomates, un gros morceau de pain et une dizaine de pommes. Le lendemain un monsieur nous offre une poche pleine d’abricots. Un autre jour ce sont des jeunes vendeuses de pommes qui viennent nous sortir de la léthargie de notre sieste pour nous en offrir une dizaine. On nous offrira aussi des bouteilles d’eau fraîche….et plus surprenant de l’argent !

DSCF0507-2

DSCF0513

DSCF0522

DSCF0508

DSCF0514

DSCF0517

Impatients, nous parvenons enfin à Boukhara ! Ville légendaire d’Asie centrale au même titre que sa concurrente Samarcande. Deux villes qui ont traversé l’histoire mouvementée de cette région. Des villes qui ont connu Genghis Khan et Tamerlan. Boukhara était une ville florissante, étudiante où l’on comptait 50 madrasas (écoles coraniques) alors qu’il n’y en en avait que 6 à Samarcande. Les Madrasas et mosquées sont plus ou moins rassemblées dans un même quartier. La ville est loin de ressembler à l’idée que nous nous en faisions. Les Bazars, qu’on imaginait plein de vie, d’échanges et d’odeurs sont plutôt tristes. Quelques vendeurs de tapis occupent l’espace qu’ils partagent avec des stands de bijoux dans ces antiques marchés. Aucun stand de fruits ou d’épices, uniquement de la porcelaine chinoise…Il en est de même dans les madrasas où les cellules étudiantes qui entourent la cour principale, sont occupées par des vendeurs en tout genre…

DSCF0536

Rue de Boukhara

DSCF0525

La représentation d’animaux est parait-il interdite dans certains courants de l’islam ; ils étaient probablement moins rigides à l’époque…

DSCF0534

DSCF0648

DSCF0652

La ville est traversée par des canaux où tout le monde bavardait et se baignait. Etant donné que l’eau était rarement renouvelée ,elle était responsable de violentes épidémies à cause d’un petit ver qui pouvait atteindre 60 à 100cm de long et qui se nichait puis transperçait  la paroi cutanée…

DSCF0548

DSCF0551

DSCF0673

Un des anciens bazars de la ville

DSCF0557-2

DSCF0560

Malgré cela, ces dernières sont vraiment belles. Le minaret de la mosquée Kalan est impressionnant et terrifiant ; Du haut de ses 52m, l’émir de la ville y jetait les condamnés à mort. Ce dernier cultivait aussi des insectes dont il se servait pour torturer ses prisonniers…Chouette époque ! On reste admiratifs face à la démesure des Iwan (arche) qui marquent l’entrée des Madrasas et des Mosquées, et à la belle couleur turquoise des coupoles.

DSCF0639-3

Dôme en céramique bleu

DSCF0612

DSCF0644-3

DSCF0637-2

DSCF0615

DSCF0660

Le Minaret la mosquée Kalon

DSCF0621

Les cellules étudiantes

DSCF0577

DSCF0572

DSCF0656

DSCF0601

DSCF0570

DSCF0567

Le retour en France approchant à grand pas, depuis Douchanbé, nous avons pris le temps de réfléchir à ces trois derniers mois, à la manière de terminer notre voyage. Ce qui nous importait le plus était d’arriver chez nous en vélo et de pouvoir rouler sans interruption le plus longtemps possible. Les 40 degrés à l’ombre de l’Ouzbékistan ne nous incitaient plus vraiment à continuer à rouler ici. Nous nous sommes très vite aperçus que le train dans ce pays était sans doute le moyen le plus simple de se déplacer, tout en gagnant des jours devenus précieux.

C’est ainsi que nous avons pris des billets pour Samarcande puis Tachkent, la capitale du pays.

Enfin, nous découvrons la mythique Samarcande. Notre première impression est la même qu’à Boukhara, celle d’une ville propre, ordonnée voire récente. Une ville millénaire qui n’en a plus l’air ! Il faut être matinal pour pouvoir découvrir le majestueux Régistan en profitant d’un semblant de fraicheur. C’est pourquoi, nous faisons plusieurs allers et retours pour découvrir l’ensemble de cette place entourée de Madrasas. Nous y faisons un saut vers 5h30 du matin, puis un autre en journée pour en découvrir l’intérieur puis un dernier au coucher du soleil. C’est évidemment magique de se trouver devant un tel spectacle ! L’heure où tout le monde s’éveille enfin, les habitants prennent possession des jardins entourant le Régistan. La place, lieu de vie auparavant, restant, elle, pourtant bien vide…

DSCF0778

DSCF0757-2

A la tombée de la nuit…

DSCF0752-3

DSCF0775

DSCF0704

DSCF0708

DSCF0710-2

DSCF0731

Voûte dorée du Mausolée de Tamerlan

DSCF0677

Sport matinal pour un groupe féminin

DSCF0675

DSCF0750

Une vieille façade dans l’ancien quartier juif de la ville 

DSCF0748-2

Nous terminons enfin, notre voyage en Asie centrale par une destination imprévue, la ville de Tachkent.

En effet, nous avions pensé aller en Iran ou en Azerbaïdjan puis en Géorgie pour ensuite rejoindre la Turquie. Mais c’était sans prendre en compte le facteur temps. Celui-ci passant toujours trop vite, il fallait se rendre à l’évidence que nous n’avions plus que 2 mois et demi. Nous avons donc décidé de prendre un vol depuis Tachkent pour rejoindre Istanbul, où nous sommes arrivés il y a déjà une semaine. On imagine que cela doit être un peu déroutant pour tout le monde de suivre l’itinéraire mais un petit saut sur la page appropriée du blog vaudra mieux que mille explications :

Notre Itinéraire en cliquant ici

Pour vous expliquer notre situation actuelle, nous pouvons vous dire que nous sommes tiraillés entre deux envies, la première étant de retrouver nos proches, nos familles, Toulouse et nos Pyrénées et l’envie, palpitante, insatiable de continuer le voyage vers des pays nouveaux. Nous ne ressentons pas de nostalgie bien que nous soyons conscients de vivre la dernière étape de cette longue parenthèse. Mais notre motivation a changé, il faut bien le dire. Après tant de kilomètres, un quotidien de découvertes et de rencontres s’est installé. Nous n’accrochons plus à ces rencontres type speed dating, trop éphémères. Un petit sentiment de lassitude d’entendre toujours les mêmes questions… l’impression de devoir se renfermer sur nous-mêmes pour pouvoir passer outre. Un sentiment un peu contradictoire avec l’idée d’ouverture du voyage en lui-même. C’est pourquoi nous sommes encore plus motivés pour clôturer cette belle page et probablement repartir plus tard. C’est décidé, nous arriverons le 20 aout à Toulouse mais avant de vous faire découvrir Istanbul dans le prochain article voici une idée de notre itinéraire à venir en Europe pour ces deux derniers mois, à vélo bien sûr !

8 comments

  1. Maurice

    on

    Reply

    Vous êtes aux portes de l’Europe, la France se rapproche.
    A la prochaine pour vous écrire plus longuement et commenter votre article.
    Bisous à tous les 2

  2. Emeline

    on

    Reply

    Des coins où peu de gens vont et qui sont pourtant magnifiques!
    Le « Registan » est splendide! Votre photo de nuit est vraiment trop belle!!
    Je comprends votre difficulté à rouler avec ces températures très chaudes, ici on peine avec 30 degrés( seulement dans nos têtes actuellement car on atteint à peine les 20..) alors avec 40 à l’ombre je n’ose imaginer !
    Votre retour approche et pour moi, c’est top ! Il me tarde de vous retrouver et de partager avec vous des moments festifs comme vous avez pu en avoir durant votre voyage ! Je vous ferai redécouvrir les produits de chez nous: foie gras, vin et fromage!!
    Vous allez rentrés en Europe en pleine compétition de l’euro de foot et peut être serez vous dans un des pays gagnant au même moment que la finale!

    Bonne route et gros bisous

  3. Élisabeth & Gérard

    on

    Reply

    Effectivement, on vous sent tout près de chez nous !
    Pour nous, aussi, le voyage va se terminer…
    Nous avions plaisir et hâte de lire votre blog à chacun de vos envois.
    Bonne continuation en Europe et à très bientôt le plaisir de vous retrouver.
    Bises à tous deux.

  4. Marie-Noelle

    on

    Reply

    Nous voici le 20 Juin : BON ANNIVERSAIRE, Aurélie !!
    Où allez-vous fêter cela ? dans un col ? en ville ? en campagne ? en vélo, c’est sûr ..
    Nous aurions aimé te serrer dans nos bras , mais il faut patienter encore 2 mois !
    Bonne continuation.
    Gros bisous à tous les 2 !

  5. AnneSo

    on

    Reply

    Bon Anniversaire Aurélie !
    Les cousins, super chouette votre fin de parcours en Asie. La gentillesse des habitants fait toujours plaisir à voir.
    Vous n’êtes plus qu’à 2 mois de coups de pédales de Toulouse.
    Bise

  6. BLON REGINE

    on

    Reply

    BON ANNIVERSAIRE AURELIE NOUS SOMMES TOUJOURS TRES HEUREUX DE VOIR VOS SUPERBES PHOTOS ACCOMPAGNEES DE VOS COMMENTAIRES VOUS ETES FORMIDABLES JR CROIS QUE TOUT LE MONDE ATTEND VOTRE RETOUR BISES A VOUS DEUX

  7. Les C en selle

    on

    Reply

    Superbes photos, ca donne envie d’y aller ! Bon retour en Europe ! On ne voit pas le passage par renoble au retour… 😉 allez ce sera pour une prochaine autour d’une bonne fondue.
    Regalez vous et on a hate de voir ce que vous avez fait a istanbul.
    Bises !

  8. Nathalie

    on

    Reply

    Bonjour à vous deux,
    Merci de nous faire découvrir des contrées moins connues.
    Les photos et les couleurs sont toujours aussi splendides!
    En lisant vos commentaires, on perçoit que vous vous rapprochez autant physiquement que mentalement de Toulouse. C’est très bien car, pour une telle expérience, le retour se prépare, comme le départ…
    Très bonne continuation à vous deux et excellente journée à toi Aurélie en ce 20 juin!
    Gros bisous à vous deux.
    Nathalie

    PS: Mon message n’étant pas passé le 20, je retente aujourd’hui…

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *