Carnet de route

Istanbul : un pied en Asie, un pied en Europe

Il nous est un peu difficile de tenir à jour le blog en ce moment. Nous roulons plus vite que nous n’écrivons…Nous sommes à Sofia, la capitale de la Bulgarie et nous franchirons demain la frontière pour entrer en Serbie. Mais avant de découvrir les pays des Balkans dans une prochaine chronique, voici un petit résumé de notre semaine à Istanbul.

DSCF0794

DSCF0793-2

La Basilique Sainte Sophie

C’est après un rapide vol depuis l’Ouzbékistan que nous atterrissons au petit matin à Istanbul, du coté européen de la ville. Un peu décalé par cette nuit sans sommeil, nous récupérons les vélos sous emballage. Cette fois-ci, pour plus de rapidité, nous avions opté pour le cellophane de l’aéroport contre le packaging en carton. Dans un coin, nous nous lançons douloureusement dans le remontage des vélos avant de rejoindre la vieille ville d’Istanbul distante d’une vingtaine de kilomètres. Le départ est brutal, les artères qui rejoignent et quittent l’aéroport Atatürk sont déjà bien chargées. Lorsque nous roulons enfin sur les pavets lisses de la vielle ville, nous réalisons enfin où nous sommes ! Morcellés, l’esprit encore à l’Orient, nous venons de faire nos tout premiers kilomètres sur le continent Européen !

DSCF0917

DSCF0872

DSCF0796

DSCF0795

DSCF0784-2

DSCF0785

DSCF0787

DSCF0853-2

DSCF0781

Les ablutions devant une mosquée

Cela faisait bien longtemps que nous rêvions de venir ici découvrir le Bosphore, la mosquée bleue…et cette ambiance particulière qu’on retrouve dans les villes où les cultures se mélangent ! Et ici, il est bien question de diversité. Nous logeons dans le quartier historique qui est dit-on construit comme à Rome sur sept collines, nos mollets s’en aperçoivent très vite d’ailleurs. Le quartier est forcement tourné  vers le tourisme mais l’ambiance n’est pas pour autant désagréable. Venant de Samarcande, nous ne pouvons que comparer ces villes. Autant nous avions trouvé la cité de Tamerlan, belle mais endormie ; Istanbul est tout le contraire, le bazar est bruyant, les rues sont vivantes. La ville est authentique !

DSCF0890-2

DSCF0889

DSCF0887

DSCF0886

DSCF0876

DSCF0877

DSCF0882-2

DSCF0883

DSCF0884

DSCF0875

DSCF0848-2

DSCF0824

Le terminus du mythique Orient Express

Probablement, une des villes les plus visitées d’Europe, Istanbul ne peut que souffrir des attentats qui ont été perpétués récemment ici comme à Ankara. Pourtant, nous ne ressentons pas la tension qu’on pourrait imaginer. Nous traversons la Corne d’Or pour changer d’air et découvrir une autre colline, le quartier du Galatasaray ! La Boca est à Buenos Aires ce que le Galata est à Istanbul. Les fans de foot vous expliqueront ! Il a des airs de Lisbonne qui se cachent ici avec cette ligne de tramway qui traverse l’artère chic et commerçante d’Istiklal. Nous croisons des femmes voilées et des adolescentes en mini jupes. Plus personne ne fait attention à Aurélie en short et en débardeur ! La rue Istiklal étant située en haut de la colline, nous redescendons au fur et à mesure pour découvrir une autre vie, celle de petits commerces d’outillage où nous avons du mal à nous frayer un chemin pour retrouver le bord de mer.

DSCF0805

La tour de Galata au loin

DSCF0814

DSCF0836

DSCF0844

DSCF0840

DSCF0839

DSCF0837

Il nous faudrait un peu plus de temps pour parcourir Istanbul dans son ensemble. Nous laissons pour une prochaine fois le quartier conservateur d’Uskudar, et traversons le Bosphore pour aller voir Martin et Suzanne,coté asiatique, un couple de cyclos rencontrés au Laos. Le monde est petit, on se retrouve sur la route du retour, ensemble à Istanbul ! On en profite pour découvrir le quartier de Kadikoy qui ressemble un peu à Galata. Nous apprécions surtout ses terrasses de café et la traversée en ferry moins chère que le métro à Toulouse ! 

DSCF0829

DSCF0935

Une ancienne gare, quartier Kadikoy

DSCF0946

La tour de Léandre construite durant l’empire byzantin

C’est du haut de la terrasse de la mosquée de Suleymaniye que se termine notre semaine à Istanbul. La vue sur la Corne d’Or y est vraiment belle. On observe une dernière fois les hommes faire leurs ablutions, l’appel à la prière des muezzins résonnent en ville. Des familles, des groupes d’hommes et de femmes séparés pique-niquent dans le jardin de la mosquée. Nous, nous préférons aller boire une bière…

DSCF0913-2

DSCF0905-2

A gauche, la Corne d’Or. Au fond, le Bosphore

DSCF0850

Ambiance orageuse sur la mosquée de Suleymaniye

DSCF0965

DSCF0974 (2)

DSCF0988-2

4 comments

  1. Nathalie

    on

    Reply

    Bonjour les cousins,

    Vous vous rapprochez … plus que quelques milliers de tours de pédales et vous retrouverez la ville rose!
    Avec tous ces clichés et vos commentaires, vous pourrez éditer un magnifique livre, relatant votre périple.
    Gros bisous toulousains ensoleillés!

  2. Marie-Noelle

    on

    Reply

    Istanbul : une belle découverte encore! La ville parait très agréable et pleine de vie, malgré les derniers attentats..
    La route du retour se profile à l’horizon: c’est bien, vous avez un rythme soutenu!! Continuez de bien pédaler, on vous attend !
    Bisous à vous 2 !

  3. stephane

    on

    Reply

    Merci pour cette découverte d’ Istanbul
    Un petit air de Lisbonne , un art de vivre malgré l’horreur de la guerre si proche qui impacte le quotidien
    Bonne route
    Bisous

  4. Élisabeth & Gérard

    on

    Reply

    Merci pour cette visite d’Istanbul.
    La mosquée bleue prise sous tous les angles et le bazar avec ces épices de toutes les couleurs.
    Ce qui nous fascine aussi : il y a exactement 100 ans, l’arrière grand-père d’Aurélie (Pépé Jules de Lucq de Béarn) était dans la région avec l’armée de l’Orient. Il faisait partie du corps expéditionnaire qui a combattu les turcs aux Dardanelles, puis les Bulgares en partant d’une base installé à Salonique. Par contre pour les déplacements, c’était plutôt à pied qu’en vélo !
    Très bien votre reportage sur Galatasaray : là-bas, ils sont fous de foot et le club a même remporté la coupe de l’UEFA.
    Bon courage pour la suite, vous allez avoir de belles grimpettes au Monténégro.
    Bises de nous deux.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *